L’énergie du thorium, l’avenir vert du nucléaire? Jean-Christophe de Mestral at TEDxParis


Traducteur: Juliet Vdt
Relecteur: eric vautier Cette petite sphère que vous apercevez, dans le creux d’une main, contient suffisamment d’énergie
pour répondre à l’ensemble des besoins énergétiques d’un Européen pendant sa vie entière : chauffage, électricité, transport sur 80 années. Ce métal s’appelle le Thorium et il est à l’origine
d’une véritable révolution dans le domaine de l’énergie nucléaire. Alors qu’est-ce que le Thorium ? C’est un élément, simple, un métal qui a été découvert en Norvège en 1829. C’est un métal qui est
légèrement radioactif puisque la moitié de sa masse
se désintègre en 14 milliards d’années, soit à peu près l’age de l’univers. Il est énergétiquement
particulièrement dense puisqu’un kilo de Thorium
extrait de la mine est équivalent à 200 Kg d’Uranium tel qu’utilisé dans les réacteurs
à eau pressurisée actuellement. Il est également équivalent à
3 millions et demi de kilo de charbon. Il est 4 fois plus abondant que l’uranium et les gisements
que l’on connaît aujourd’hui sont capables de faire tenir la planète, en termes de production d’électricité,
pendant 10 000 ans. Alors ce Thorium,
où est-ce qu’on le trouve ? On le trouve sur tous les continents,
il est bien réparti. Certains pays sont
un peu favorisés par rapport à d’autres. On va surtout en trouver en Inde,
Australie, en Norvège, et aux États-Unis. Mais en réalité, il est diffus sur
l’ensemble de la croûte terrestre. J’ai presque envie de dire que chaque pays
en blanc sur cette carte, en contient. Pour illustrer la chose,
imaginez un terrain de football sur 10 mètres de profondeur. Dans ce volume, vous allez trouver
1 tonne de Thorium. L’histoire a commencé dans
les années 60 avec Alvin Weinberg qui est un scientifique au laboratoire
national d’Oak Ridge aux États-Unis. C’est également le père
des centrales à eau pressurisée que nous utilisons largement aujourd’hui. A cette époque, il avait un autre projet : celui de construire un avion, capable de
voler sur la seule puissance de l’atome. Pour ce faire, il avait besoin
d’un réacteur un peu différent, pas de ceux qui, comme aujourd’hui,
ont besoin de barres de combustible, que l’on doit mettre à l’intérieur. Mais au contraire, un cœur liquide,
fait de sels fondus, dans lesquels on dissout le combustible, un peu comme on dissout
un morceau de sucre dans une tasse de thé. Ce projet n’est pas arrivé à terme,
on peut imaginer pourquoi. En revanche, il a utilisé
toutes les connaissances accumulées pour commencer un programme civil
de réacteurs basés sur ce principe. Il a ramené ce réacteur sur terre
et il a construit un prototype. Un prototype qui a fonctionné
entre 1965 et 1969. La dernière année,
ce prototype a fonctionné exclusivement avec un combustible issu du Thorium. Donc il a validé le concept. Dans les années 70,
on a eu un autre réacteur, qui a confirmé les vues d’Alvin Weinberg. On ne parle pas de théorie, ça a été fait. Ça a été fait en tout cas 2 fois, sinon 3. A ce stade, permettez-moi
une petite incursion technique, ce ne sera pas long, rassurez-vous, mais c’est pour expliquer
le fonctionnement du cœur du réacteur. Le Thorium 232 n’est pas
fissile naturellement, il doit se transformer d’abord
en un élément fissile. Comment ça se passe ? Le Thorium 232 capte un neutron,
devient Thorium 233, qui en quelques minutes,
se transforme en Protactinium 233, qui à son tour en quelques jours,
se transforme en Uranium 233. Ça, c’est le noyau fissile. L’Uranium 233 n’existe pas dans la nature. C’est un élément fabriqué par l’Homme. Lorsqu’il est frappé par un neutron,
celui-ci fissionne en donnant de l’énergie, deux noyaux
plus petits et quelques neutrons dont un ira fertiliser
le Thorium 232 voisin. C’est pour ça qu’on l’appelle
le Thorium 232 « fertile ». Pourquoi cette technologie a-t-elle
éveillé l’intérêt d’Alvin Weinberg ? Et pourquoi aujourd’hui, cette technologie
vit une véritable renaissance ? La première raison a trait aux déchets. Cette approche produit moins de déchets. On connait tous la problématique
des déchets. Elle est importante. Les déchets issus de centrales
utilisant l’Uranium produisent beaucoup de chaleur résiduelle et ont une durée de vie
extrêmement longue. Une fois que c’est retraité,
on doit stocker ce qui reste pour des durées qui sont de l’ordre de
plusieurs centaines de milliers d’années. Ça, c’est un gros problème. Or, si vous utilisez le Thorium,
il y a un effet particulier qui se passe : la partie longue-vie des déchets
n’est simplement pas fabriquée. Et ça, ça nous donne
un avantage considérable parce que le profil des déchets
change complètement. A partir du moment où
on les sort du réacteur, 83% du volume de ces déchets,
sont neutralisés en 10 ans. Les 17% restants, il leur faut
encore 300 ans pour être neutralisés. C’est une durée, certes conséquente, mais c’est quand même
à peu près mille fois plus court, et c’est un avantage
évidemment considérable. L’autre point important qui
intéresse maintenant les gouvernements, c’est la production
de façon plus sécurisée. C’est les notions de sécurité. On a tous en tête les images
dramatiques de Tchernobyl et Fukushima. On peut légitimement se demander si cette approche répondra
aux attentes sécuritaires pour que ceci ne puisse pas se reproduire. Premier élément de réponse : les centrales actuelles à eau pressurisée fonctionnent à 160 fois
la pression atmosphérique. Les centrales au Thorium fonctionnent
à la pression atmosphérique. En cas de rupture,
vous n’avez pas de gaz radioactifs qui sont expulsés à l’extérieur. Deuxième raison :
dans la version d’Alvin Weinberg, les sels fondus sont des éléments
qui sont neutres, qui ne réagissent ni avec l’air,
ni avec l’eau, contrairement au sodium. Le troisième élément a trait à un défaut
important de la centrale de Tchernobyl, c’est lorsque la température
du cœur de Tchernobyl monte au-delà d’un certain niveau, la quantité de
réactions nucléaires augmente. On crée ainsi un cercle vicieux qui
a amené à l’explosion que l’on connaît. Or ces systèmes au Thorium
font précisément l’inverse. Plus la température monte,
moins on a de réactions, ces systèmes sont auto-stabilisés. A partir du moment où tout s’arrête,
plus d’électricité, plus rien, ces systèmes n’ont pas besoin de pompe
pour être refroidis, ils sont refroidis naturellement
par convection. Il existe encore un autre système
créé par Carlo Rubbia, du CERN, ancien directeur général
et prix Nobel de physique, qui est celui-ci : il est en 2 parties : il y a un
accélérateur de particules et un réacteur. Le réacteur ne peut pas fonctionner
sans l’accélérateur de particules. Vous imaginez bien que
la première ligne de défense est simple, il suffit de couper le faisceau
par 36 moyens possibles. Dans le cas, par exemple,
d’un tremblement de terre, il suffit que le faisceau soit décalé de 1 ou 2 millimètres et le réacteur
s’arrête en une fraction de seconde. Troisième point important,
c’est le recyclage des déchets. On peut prendre les déchets actuels
longue-vie, les intégrer au cœur de ce type de réacteur,
en particulier celui de Rubbia, et on casse complètement la fraction
longue-vie, problématique des déchets pour qu’ils atteignent le même profil
de déchets que ceux issus du Thorium. Vous me direz, puisque c’est si beau, pourquoi est-ce que ça n’a pas été fait ? La première raison est
quand même relativement simple, c’est que dans les années 70,
on a eu la guerre froide, et ces centrales au Thorium
ne remplissaient simplement pas les conditions
que les militaires imposaient. En d’autres termes,
ces centrales au Thorium ne fabriquent pas le plutonium nécessaire aux bombes. A l’époque, un défaut ;
aujourd’hui, une qualité. Maintenant, sur le plan de la recherche, vous voyez ici, un certain nombre de pays
qui sont actifs dans la recherche. Même si on n’en parle pas beaucoup
en Europe, je peux vous dire qu’en France,
il existe un programme conjointement avec
d’autres pays européens. La Chine a un programme qui est très fort, ils ont investi
1 milliard de dollars là-dedans et engagé beaucoup
de physiciens de haut niveau pour ça. Ils espèrent avoir 3 prototypes en 7 ans. Quand on parle d’énergie,
7 ans, c’est demain. Il y a la Russie,
qui avait un programme qui permettait de diminuer les stocks de plutonium : de les incinérer
tout en produisant de l’énergie. Et il y a pas mal
d’initiatives privées aux États-Unis et également en Afrique du Sud,
qui se sont matérialisées. La Norvège a également un programme
qui est cofinancé par le gouvernement. La Suisse a pas mal contribué
par le passé. Maintenant, une conférence internationale
va avoir lieu en octobre sur l’état de la technique. C’est un changement de paradigme, c’est vraiment une modification
de l’approche du nucléaire. Il y a une chose
qu’il est important de préciser : ce type de nucléaire ne peut pas
être mis en opposition avec les énergies dites
renouvelables ou intermittentes puisque ce nucléaire a la flexibilité, a la rapidité d’adaptation
qui est inégalée parmi les centrales dites à ruban,
donc à génération d’énergie continue, qui lui permet de travailler
en parfait tandem avec des sources d’énergie telles que
les éoliennes et les cellules solaires. Je vous remercie. (Applaudissements)

100 comments

  1. Bon, il n'y a plus de traitement de déchets à faire, ça ne résout pas le problème d'explosion du réacteur.

  2. Pas mal mais ça ferait plus sérieux si ce monsieur évitait de dire cette grosse bêtise ; "un terrain de football, sur 10m de profondeur une tonne de Thorium" ! Il ne se rend donc pas compte de l'énormité de ce qu'il dit ? Dommage parce que pour le reste les données sont exactes je crois bien, et le potentiel Thorium bien réel

  3. Jean-Christophe de Mestral nous présente l'investissement chinois comme grandement enthousiaste vis à vis du thorium. En 2014 la chine a effectivement investi 9 milliards de $ dans le nucléaire, … mais a réservé 83 milliards dans le solaire et l'éolien ! Ça fait relativiser ;P
    http://www.energyandcapital.com/articles/renewable-energy-is-killing-nuclear-power/4960

  4. Il a de l'avenir ce thorium 🙂 mais il reste quand même 13% de radioactivité de trop ! quoique on pourrait peut être l'utiliser en milieu hospitalié ! ? (perso je m'y connais pas assez pour affirmer ça, c'est juste une idée comme ça)

  5. en fait comme vous pouvez le voir il y a de l'espoir dans ce monde .le seul probleme est la frustration que nous avons a etre informer a la petite cuillere, et que toute ces inventions ne peuvent 'etre suivi par le public et reste du bon vouloir de certain
    il faudrait cree des associations comme pour les recherche sur les maladies ainsi chaque nouvelle invention seraient sous controle des adherents et non par des administrations .

  6. Je n'ai pas le temps de traduire mon commentaire sur diverses présentations TEDx de Kirk Sorensen qui présentent exactement les mêmes idées que celle-ci, mais en résumé: le concept de réacteur au thorium n'a jamais dépassé le stade de l'ébauche conceptuelle parce qu'à la base le concept n'est pas mathématiquement viable. L'explication est que l'uranium-233 nécessaire au départ de ce genre de réacteur n'est pas un élément qui existe dans la nature, c'est en fait un isotope artificiel obtenu à partir du thorium dans des réacteurs nucléaires conventionnels. Le seul pays qui dispose de réserves d'U-233 sont les USA (2 tonnes, fabriquées pedant la Guerre Froide, suffisantes pour un seul réacteur de grande taille ou deux réacteurs de taille moyenne). Par la suite, le temps nécessaire pour recréer ("breed") une quantité similaire d'U-233 est de 52 ans au minimum (doubling time en Anglais).
    Voici mon commentaire en Anglais pour ceux qui voudraient plus d'explications:
    Thorium-cycle nuclear has been (for the last 60 years), is (zero investment today in most countries) and will always be a dead-end technology.
    The basic problem is that despite the brilliant arguments that KS makes when comparing LFTR technology and the thorium cycle to traditional PWR uranium-cycle reactors, hard facts show that thorium is not a viable solution for the nuclear industry.
    Even assuming a thorium reactor could be built that is perfectly safe (an assumption that can clearly be disputed), hard math and facts show that a thorium reactor fleet would take centuries to be deployed. The reason is summarized in two words: doubling time (or Td). This is the time it would take for a TMSR to breed enough U-233 to fuel another identical TMSR. And the answer is, in the best of cases, 52 years (in the worst case, 200 years). Remember, first, that U-233 does not exist in nature, it must be created in a breeder reactor in the first place, by breeding thorium, then processing the spent thorium to separate and remove the U-233. Second, because thorium is not fissile although it is fertile, a TMSR requires a certain quantity of U-233 to get a critical reaction started. Check here for the math: https://indico.cern.ch/event/222140/session/7/contribution/27/attachments/363090/505441/Daniel_Mathers_v2_ThEC13.pdf (that's from CERN so I assume these guys know what they are talking about).
    Conveniently the guys from the Thorium Alliance always forget to mention the issue of doubling time in ALL their interviews, presentations and videos…
    The US is the only country in the world that has any significant reserves of U-233 (estimated 2 metric tons, the result of breeding thorium in traditional uranium-cycle reactors during the Cold War) and even so, these reserves would only be enough to get at most a couple of medium-sized (<500MW) reactors started in the first place. Clearly not a solution for the energy/global warming crisis and the simple reason why no country in the world has ever undertaken further work on thorium reactors in the last 50 years (beyond small-scale experimental work).
    Indeed the DOE has a small amount of U-233 that was bred in various military and civilian uranium-cycle nuclear reactors from thorium. The spent thorium was then removed from these reactors and the U-233 was separated (an extremely expensive, laborious and dangerous process). Any company wanting to develop a thorium-cycle reactor (that as I explained above, requires an initial load of fissile U-233) would have to apply to the DOE to have access to this U-233 stash. But then that's it. There is not enough U-233 in the US to launch a nationwide deployment of thorium-based reactors and the doubling time is too long to make such a deployment likely.
    Now, the LFTR crowd has a ready made answer when one suggests that the scarcity of U-233 is a major impediment to the large-scale deployment of thorium-cycle reactors: they'll explain in a casual way that they can just as well use plutonium (Pu) instead of U-233, and the DOE has plenty of Pu in storage from the decommissioning of nuclear warheads.
    Now, imagine the situation where Kirk Sorensen goes to the DOE and asks for access to their plutonium stash.
    DOE – "OK, how much plutonium do you need? 50 grams enough?"
    KS – "No, actually I need around 100kg for a start, to see if we can make our reactor work, and many tons later if all goes well."
    DOE – "…when pigs fly and hell freezes over, son…"
    Just as a reminder, 50 grams of plutonium is enough to wipe out the population of a mid-size town if weaponized, and 100kg is enough to build at least half a dozen atomic bombs – and not the smallest ones at that. So the LFTR crowd is never going to get their hands on enough plutonium to even build and test their first prototype of a mixed thorium-plutonium cycle reactor which they don't even know if it could work at all. Exactly the same scenario applies to U-235, btw.
    Again, these are facts that any investor doing his homework will have researched when considering investing hundreds of millions of dollars to build an initial LFTR prototype.
    The reason these basic facts are never mentioned in a single video from the thorium crowd is rather obvious: hard facts and a quick reality check vastly undermine their credibility.

  7. il y a trois grandes familles radioactives significatives:

    l'uranium, le thorium et le radium
    la mesure de l'énergie interne qui se libère au moment de leur désintégration radioactive
    fait que seul l'uranium ( numéro atomique 92 ) permet une création rentable
    d'énergie!

    adieu le thorium , c'est une piste sans espoirs ( relire la note de calcul de Lise Meitner) !
    ==
    there are three significant radioactive families :

    uranium , thorium and radium
    measuring the internal energy which is released at the time of radioactive decay
    do that only uranium (atomic number 92) is an enables cost-effective creation of
    energy !

    Farewell ,thorium is a track without hope ( read the note of calculation of Lise Meitner ) !
    the true track is

  8. Pas aussi convaincant que le croit ce bon élu local suisse…L’U233 est nécessaire en trop grandes quantités; pourrait-être remplacé par du Pu (plutonium), disponible en quantité dans les ogives nucléaires. Donc, faisons la paix, décommissionons toutes les ogives nucléaires du  monde et on pourra créer des centrales au thorium…Cela explique pourquoi les institutions n’y croient pas réellement. Elles font de la recherche, certes.

  9. juste une précision la durée de vie de nos déchets n'est de quelques centaines de milliers d'années mais de 10000 ans (avec une baisse de 90% de l'activité au bout de 100 ans…)

  10. Pas grand monde ne retient la leçon de l'Histoire énergétique :')
    Apres le charbon, l'uranium et Le pétrole, vous voulez encore ôter à notre Terre son thorium ? Ça reste une extraction de ressource épuisable. Le thorium a certes des qualités, mais au même titre que les autres ressources d'énergie, il ne pourra jamais servir notre gourmandise énergétique indéfiniment. Mieux vaut se concentrer sur les énergies dites renouvelables et bien plus "vertes" que l'extraction du thorium. De beaux chiffres qui masquent les défauts non négligeables. Triste humanité.

  11. This study is fascinating , in 1963 we discover this material ,we where looking for Diamond thorium we didn't no what was it its time marketing this product

  12. moi je dit , y a simplement une couille dans le potage si ça n'a pas encore été conçue , ce serai trop simple!

  13. Encore une technologie que les chinois rendront opérationnelle bien avant "nous".
    Et je parie qu'ils le métrons en route une paire d'année avant que ITER ne produise son premier kw.

  14. tout ce qui est nucléaire est potentiellement dangereux; de plus on nous présente comme "moderne" des procédés qui n'arrivent à fournir que de la chaleur : je pense que nous aurions dû quitter enfin l'ère des machines à vapeur ( 19 ème siècle ), si la science s'était donné les moyens d'être un tout petit peu plus créative et si les structures mentales avaient tant soit peu évolué

  15. Merci beaucoup pour cet exposé cette conférence car je pense que même pour les néophytes c'est parfaitement compréhensible si ils ont fait un peu de science physique qu'ils ont dépassé le niveau 3e

  16. sa fait 5 ans toujours pas de thorium? bah non y a encore du pétrole pour 1 siècle minimum ne vous inquiétez pas va =) les lobby lâcherons jamais ( que ce soit le pétrole les medicament chimique la bouffe chimique les institutions monétaire mondiale le nucléaire leur but ? vous rendre de plus en plus dépendant ( esclave si vous préférez on mâche pas les mots ) )

  17. Il manque beaucoup d'informations sur ce tedX …
    Le risque de corrosion des fluoro-lithium (ou autre sels de fluor).
    L'explosivité de ces sels au contacte de l'eau.
    Le thalium 208 TRES radio-actif et est un sous produit du thorium 232. (mais avec une demi vie courte).

    Mais bon, je viens ici après la vidéo de proffesseur feuillage qui cherche aussi à nous "enfumer" sur le temps avant de voir des réacteurs civiles en exploitation. Désolé d'utiliser un mot fort, mais quand un physicien nous dit que 13 milliard d'années c'est l'âge de l'univers, je rigole un peu de son ignorance.

  18. Le constat est quand même terrible :
    On aurait pu faire, mais on n'a pas fait parce que les militaires avaient besoin de plutonium pour les bombes, du coup on se retrouve avec des centrales qui ont tous les défauts ! Scandaleux !

  19. Ce type de réacteur pourrai t’il être la solution a la place de l’enfouissement des déchet comme a Bure dans la meuse?

  20. Ca c'est une vraie alternative, pas comme les panneaux photovoltaïque made in china qui crament après 5 ans…

  21. Pour ceux qui se posent des questions sur la faisabilité de la filière (quelques intervenant à l'autorité auto-proclamée semblent en douter) on peut se référer au toujours excellent bouquin de Jean-Louis Basdevant "Maîtriser le nucléaire". Après plusieurs décennies d'enseignement de la spécialité à l'X cet expert qui ne mâche pas ses critiques vis à vis du nucléaire tel que construit fournit toutes les pistes viables, énergies renouvelables comprises: il faut sortir du manichéisme aveuglant et stérile qui ne fait que le jeu des lobbies, y compris les spécialistes du green washing.

  22. Il y a quelques temps j' ai vu une pub sur une voiture mue au thorium !! On parlais d' un gramme de ce métal pour faire fonctionner ce véhicule durant 100 ans !!! Rêve de dingue ou possibilité future ????

  23. J'aimerais bien savoir si une centrale à uranium ne serait pas rentable à transformer en centrale à thorium : elle consommerait des déchets (en principe pas bien loin…) et servirait à dépolluer, au lieu de coûter des milliards pour être démolies… Ah oui, j'oubliais… c'est vrai que ceux qui payent lesdits milliards ne sont pas les mêmes que ceux qui les touchent…

  24. comment augmenter la concentration d'énergie pour ne pas dire celle du pouvoir et donc de l'emprise d'une élite à asservir le reste du peuple? Et tous nous flippons de savoir qu'il existe des projets viables comme cela dans les cartons… trop dur d'avouer son détournement possible en une "arme" de dissuasion voire d'extinction massive? ou continuité à vouloir faire du profit à un rythme choisi, au risque de bientôt ne plus pouvoir vivre sur notre planète… car 300 ans de durée de vie pour des actinides reste bien supérieure à toute forme de résistance humaine ou animale. Nos technologies ne sont plus à mettre entre toutes les mains, à nous tous de désigner les bonnes! Et ne pas vouloir tomber dans un vulgaire concours de quéquettes

  25. Ok, 1 tonne de thorium dans 1 stade de foot sur 10m de profondeur. 1 tonne de thorium, c'est 85 litres en volume (allez on va dire 100 litres à la louche). Si on regarde le volume de thorium pour 1 être humain sur 80 ans, ça va faire beaucoup de mines à creuser pour fournir la France.

  26. Au titre des énergies renouvelables il en est une qui est infinie, mais dont on ne parle jamais, la géothermie. Pourquoi ?

  27. oui c'est tres bien tout ça, mais le probleme et que toutes ces avancées seront contrées par les lobby petroliers et les gouvernements corrompus qui ne vont pas y trouver leur compte !
    les energies propres ne leur rapportent rien…on envoie un satellite sur une commette a des milliards de kilometres et on n' est pas capable de faire un moteur viable qui ne pollue pas ? on nous prend pour des con non ?

  28. Oui bien beau le Thorium, encore faut il contenir des fluides hautement corrosifs à très hautes températures (autour de 500 – 1200 à pression atmosphérique); cela nécéssite des alliages à très hautes performances qu'il faut remplacer fréquemment avec très peu d'espoir de recyclage. Cette contrainte sur les matériaux a par ailleurs été la pierre d'achoppement des projets de recherches lancés par la Chine dans les années 60.
    Donc en théorie les réacteurs à sels fondus au Thorium sont une piste de recherche intéressante mais il ne faut pas perdre de vue que pour déployer cette techno à l'échelle de nos besoins la question des minerais rares, la durabilité des installations ainsi que les fillières de recyclage pourraient bien venir grandement compliquer l'équation.
    Parfois quand s'est trop beau…

  29. Pourquoi pas de Thorium ? Parce qu’aujourd hui le parc nucléaire doit etre rentabilisé…la technologie vendue…les armes produites…ce ne sont pas les ingénieurs qui dirigent’ malheureusement çe sont les politiques , les militaires et le business…le jour ou il y aura plus de blé a se faire sur le thorium ne vous inquiétez pas : tout le monde sera la !

  30. Donc ça fonctionne à température ambiante et à pression atmosphérique ambiante… ok mais alors elle est où l'énergie ? Comment génèrer de l'électricité avec ce type de réacteur ? Quand c'est trop simple trop beau et que le seul contre-argument est "les méchants n'en on pas voulu car ça ne fabrique pas de plutonium" c'est un peu louche.

  31. 'énergie verte'
    ouais, ça reste du nucléaire donc non et il y a d'autres alternatives que le nucléaire justement
    on ferait mieux de suivre les autres qui baissent le nucléaire pour plus d'énergie renouvelable

  32. En 2018 toujours rien à l'horizon ! Le Plasma d'hydrogène , c'est pas mal non plus pour détruire les résidus nucléaires : toujours rien de ce côté:? Le gaz Brown …?

  33. En España diríamos que «nos quiere vender la moto». O como el del caballo.
    Es un caballo fenomenal, no veas como trabaja, y apenas come,…
    De lo malo nos enteraremos cuando sea demasiado tarde y la moto o el caballo sea ya nuestra.

  34. Ben voilà, c'est ça qu'il faut faire… c'est beaucoup moins dangereux que nos centrales nucléaires actuelles vieillissantes et complètement dépassées !

  35. super une nouvelle énergie qui va encore révolutionner la terre…
    quand je vois les commentaires je me dis mais qu'est-ce qui ce passe ? Plus personne ne réfléchit. Plus personne ne fait preuve d'esprit critique ?Il n'y a pas à réfléchir quand on entend NUCLÉAIRE. Il faut vraiment que les les gens s'informent sur différentes sources (comme pour toutes informations) avant de défendre quelqu'un qui est pour une énergie aussi dangereuse que le nucléaire ( qui est à la base utilisé pour la défense militaire )

  36. C du quand même dommage que l'on utilise cette technologie que maintenant mais bon comme on dit :"cos mieux tard que jamais "

  37. j ai entendu d autre sopn de cloche sur le thorium pas si beau que çà faut pas rever doc d arte sur le thorium

  38. Mouais, à part éviter un emballement de réacteur la technologie du Thorium n'est absolument pas intéressante, plus que celle qu'on possède c'est vrai, mais bien moins que les vrais renouvelables.

  39. Sujet intéressant. Mais confondre sécurité avec sûreté quand c'est un des points importants de la présentation c'est très gênant.

  40. Ben non… Le thorium ne fissionne pas spontanément… Pour un réacteur il faut y adjoindre de l'uranium ou du plutonium….:(

  41. Ça me donne envie de jeter la pierre sur ceux qui ont décidé de rejeter l’emploi du thorium, mais bon ils ont quand même gagné la guerre contre le fascisme (ils auraient pu envoyer les bombes dans les champs japonais pour faire pression plutôt que sur des villes mais bon ..) et finalement la guerre froide s’est terminée avec le triomphe de la démocratie (pas la plus parfaite je sais bien ..)
    Regardons l’avenir plutôt que le passé et félicitations nous de ces supers possibles qui s’ouvrent à nous 😉

  42. C'est une bonne alternative pour le nucléaire et pour les nucléroroseptiques ! Les pays qui abandonnent le nucléaire , se mettent au charbon ! dont l'Allemagne qui nous dicte la COP 21 ! Les énergies renouvelables sont
    pas renouvelables ( terres rares = minerai = non renouvelables ) ! Les terres rares permettent la fabrication : éoliennes , panneaux solaires et voitures électriques , fabriqué en Chine . Batteries des voitures électriques sont du lithium , non renouvelable et pas capable de les recycler ! On nous parle pas de la fabrication des terres rares en CO2 en Chine et du coût en euros des éoliennes et panneaux solaires ! Na !

  43. Heureusement que les militaires ont la bombe atomique ! Ça ferait longtemps que certains pays nous auraient annexés ! On tire pas des missiles avec des pétales de rose !

  44. et aujourd'hui en 2019 on paie le gazole 1€40 et le k:wh 0€15 … ca sert a quoi tout ca ?! a faire revé ,surement ….

  45. Mouai moi je suis septique trop beau pour être vrai,de plus mise à part toutes les qualités il n'y a aucun défauts rien de rien c'est presque un miracle ,et les autres pays qui eux n'avaient pas besoin d'uranium pour fabriquer des bombes pourquoi n'ont ils pas utilisés cette source d'énergie

  46. Et on va faire la guerre à qui pour le voler cette fois, aux australiens ???
    Sponsorisé par Paris Bas !!???

  47. Ahah quel blague ce thorium, pourquoi nous en parlé, puisque les énergies fossiles sont "plus rentable" vive l'hypocrisie. Vous savez que avec des aimants on peut ce déplacer dans l'espace, un labo en Amérique effectue des recherches sur une huile végétale, qui pourrait remplacer le pétrole (pour le déplacement dans l'espace, toujours) tous des bouffons des temps moderne car Trump la dit ; les chinois ont inventé le réchauffement climatique. On à pas fini de ce exploser la figure par terre en tant que dieux céleste de cette planète oO

  48. Ce programme " Thorium " est gelé depuis 30/40 ans et que seul les chinois ont remis en route la recherche pour le développement de ces centrales atomiques qui n'intéressent pas les pays dominants !!!!! Et cette techno sera , peut-être , un jour au programme à moins que mieux arrive, ou que nous disparaissions…..

  49. Nan, nan, vous n'arrivez pas à accepter qu'il est trop tard et que vous avez échoué. Maintenant c'est la fin. Bientôt famines, épidémie, guerre et j'en passe. C'est la vie. Câlins.

  50. Tout ça c'est de la poudre de perlimpinpin , ils n'ont qu'a sortir les inventions de Nicolas Tesla sur la transmission de l'énergie libre et développer l'anti gravitation .

  51. Si c'était la panacée y a longtemps que ça serait utilisé!! arrêtez d'être cons bordel! Les industriels sautent sur tout ce qui est rentable…

  52. il y a une question que je me pose depuis des mois c'est : "Est-ce qu'il serait possible, même avec un rendement moindre, de recycler les centrales à uranium en centrale à thorium ?" Il y aurait peut-être quelque chose à creuser puisque l'on ne sait pas quoi faire de ces lieux, que le démantèlement va couter des sommes dingues, qu'il y a déjà une infrastructure importante comme les générateurs de vapeur, les turbines, la partie électrique interne mais aussi le réseau qui en part, les tours de condensation, voire même les ingénieurs, etc.
    En France, s'il y a pour 200 ans de réserve production électrique avec le thorium, cela permettrait même d'obtenir une chute naturelle importante de la radioactivité des lieux pendant ce temps… Dans 200 ans il y a quelques chances pour que l'énergie ne soit plus un problème donc aucun mal alors pour les démantèlements.
    J'aimerais bien avoir un avis éclairé…

  53. ___you are a layer…____thorium is ellement actinic radioactive and is rare face uranium and purrificable hard and after use lost deseu radioactiv and not exist avantage face uranium…___archaix lord

  54. Toujours la même histoire, personne ne veut réellement changer les habitudes. 2019 et toujours rien apparemment

  55. l,etre humain a la connaissance pour faire de l'energie libre donc a vie et pas 10 000 ans.quand y'en aura plus bande de destructeurs.
    l'energie libre on sait qu' une surface de 636 000 km² dans un desert remplis de panneaux solaires, soit à peu près la surface de la Somalie , pour produire l'energie necessaire a alimenter toute la planete et se passer du petrole, arretons d'extraire quand on a l'eau , l'air et le soleil… soyons enfin intelligents

  56. Le thorium n'est pas la panacée, il y a des probleme s liées au thorium, le type defend surement bien sa petite entreprise mais il ne donne que les bons aspects

  57. 2013. On est en 2019. Je veux bien que ces systèmes ne se conçoivent pas en 10 minutes, mais pourquoi n'en parle t on pas du tout ?

  58. Bonjour .j'avais visionné cette intervention a sa sortie en 2013 .Aujourd'hui 2019 ou en est on ? Il parlait de 7 ans ,mais toujours rien….a part le bide complet de l'EPR 😕

Leave a Reply

(*) Required, Your email will not be published